17 nov. 2019

[CHRONIQUE] Stand Still Stay Silent, tome 1


Stand Still Stay Silent, tome 1 - Minna SUNDBERG
Editions Akileos - 299 pages - 29€
2018


" 90 ans se sont écoulés depuis l'époque de la grande maladie. Le vieux monde a été oublié et laissé à la merci des trolls, des bêtes et des géants. Une petite équipe d'explorateurs scandinaves est recrutée pour se lancer dans la première mission de reconnaissance officielle.
Une épopée d'amitié et de camaraderie, mêlant mythologie nordique, fantastique et frissons. "


Après avoir lu des tas d'avis positifs dessus, je me suis enfin lancée avec curiosité dans cette saga, sans me douter que ce premier tome deviendrait un coup de cœur. Ma chronique sera probablement plus courte que d'habitude, ce qui est contradictoire, mais je ne pourrais mettre tous les mots sur ce qui m'a touché, m'a plu, sans révéler l'intégralité de ce qu'il se passe et le style de narration - et ce serait franchement dommage de gâcher l'aventure car ce webcomic mérite d'être plus connu !

Au début j'admet que l'introduction était assez longue et que je ne voyais pas où tout cela menait l'histoire ; et lorsque j'ai découvert la première partie du groupe d'explorateurs, 90 ans plus tard, j'ai adoré le sens que cela a pris, la vie avant la catastrophe représentée par la "rouille" - une maladie mortelle -, toutes ces familles dont le destin est lié par les protagonistes que l'on va désormais suivre. Je vais certainement relire ce tome pour encore mieux comprendre les plus petits détails, mais c'est du génie. Je trouve ça bien fait, intelligent, amusant même.

J'aurais pu craindre un changement de ton avec cette troupe, mais pas du tout. On retrouve toujours des dialogues drôles, intelligents ; le choc des cultures ne facilite pas vraiment les rapports entre la bande ; il y a aussi de l'émotion liée à ce passé mystérieux et fascinant, mais tout aussi dangereux à cause des bêtes et autres créatures qui se sont installés dans un univers dévasté. L'auteure a su développé un monde riche, sombre, complexe, apocalyptique, inspiré par la mythologie nordique et leur culture : c'était impossible pour moi de ne pas apprécier ce travail conséquent et le résultat qu'il donne. C'est assez dépaysant, j'ai eu du mal au début avec tous les noms, mais une fois plongée dans le récit cela devient naturel, aisé.

Comment expliquer tout l'amour que j'ai pour les protagonistes ? Que ce soit Lalli, l'éclaireur magicien assez réservé à cause de la barrière de la langue ; Emil, un soldat suédois préoccupé par son apparence physique mais qui va malgré tout se lier d'amitié avec Lalli ; Tuuri, la plus curieuse et enjouée du groupe - en plus elle est trilingue, elle est extraordinaire - ; Sigrun, la capitaine complètement à l'ouest mais très sympathique ; et Mikkel, le plus âgé de la bande, sérieux, prévenant et plus réfléchi que tous les autres. Si je suis pour le moment moins attachée aux deux derniers car ils apparaissent tardivement dans ce tome, je suis sous le charme du trio Lalli/Emil/Tuuri. Et si je devais déjà citer mon petit chouchou, je répondrai sans hésiter Lalli, dont le caractère m'a séduit dès sa première apparition. Je reste curieuse de découvrir l'étrange personne qu'il voit à plusieurs reprises dans ses rêves, et le rôle qu'elle va avoir...

Pour finir, impossible de faire l'impasse sur les illustrations. C'est d'une beauté comme j'en vois rarement. On oscille entre des planches d'un froid angoissant, mystérieux, à des planches aux couleurs chaleureuses et rassurantes. Il y a quelques passages glauques et violents, mais c'est très rare. Mes planches préférées restent celles liées aux pouvoirs de Lalli, j'ai même eu des frissons en les voyant, c'est pour dire. Les personnages sont facilement identifiables entre eux, ils sont expressifs, parfois très bavards et d'autres fois tellement pris dans l'action qu'il n'y a aucune bulle à lire, juste les dessins à admirer et décrypter. Le tome est une belle bête qui m'a tenu plusieurs heures accrochée aux pages, surtout que je me suis attardée sur toutes les pages et les bonus liés à l'univers de la saga, et il vaut largement son prix (29€). Le seul regret que j'éprouve, c'est de ne pas avoir pris le deuxième tome en même temps !


En conclusion c'est un énorme coup de cœur pour Stand Still Stay Silent : l'univers, les personnages, l'ambiance, les enjeux de l'expédition, la narration, les illustrations ; c'est un sans-faute pour moi, et cela faisait un moment que je n'avais pas autant accrochée à une BD/comics. J'ai vraiment hâte de me plonger dans la suite et d'en savoir plus, car il y a beaucoup de potentiel. 

15 nov. 2019

Playlist #16


Bonjour !

C'est fou de se dire qu'on est déjà à la moitié de novembre, de mon point de vue le temps passe bien trop vite. Tellement vite que la playlist sera assez petite par rapport à d'habitude, car j'ai fait peu de bonnes découvertes ces dernières semaines. Ce n'est pas faute d'avoir cherché, mais aucun déclic. J'espère que décembre rattrapera tout ça !

Sur ce je vous souhaite une bonne écoute ; pour cela il suffit de cliquer sur les notes de musique devant le titre qui vous intéresse.

N'hésitez d'ailleurs pas à partager votre playlist du moment dans les commentaires, c'est toujours chouette de découvrir de nouvelles musiques et je suis preneuse en ce moment !


Open the worlds - ORESAMA
Kangaroo Court - Capital Cities
Machi Bhasad - Bloodywood
Look At Her Now - Selena Gomez
Follow - MONSTA X (dommage pour la polémique sur l'un des membres...)
 「さらば」- seven oops
The Legendary Beast (remix FF VIII) - Enrico Deiana
The Shinra Corporation (remix FFVII) - Enrico Deiana
Theme of Love (remix FF IV) - Enrico Deiana
Feena (remix Ys) - William Vuong
Beautiful Cruel World (cover) - AmaLee 

13 nov. 2019

[CHRONIQUE] Otaku Otaku, tome 1


Otaku Otaku, tome 1 - FUJITA
Editions Kana (Big) - 127 pages - 5€95
2018


" Narumi et Hirotaka travaillent dans la même société. Ce sont tous deux des otaku. Ils ont chacun une passion dévorante pas toujours évidente à faire entendre aux autres. Peut-elle même être compatible avec une relation amoureuse ? Comprendre l'autre, l'accepter tel qu'il est, se montrer tel qu'on est vraiment... Misant sur ce point commun, être otaku, ils décident alors de sortir ensemble. Mais comme dans toutes les histoires d'amours, des interrogations et des doutes persistent. Leur passion va-t-elle les rapprocher ou les séparer ? Heureusement les amis sont là pour en discuter mais aussi pour partager leur « otaku attitude ». "


J'ai toujours été intriguée par ce que pouvait donner ce manga, surtout que j'aime bien le sujet des otaku, appréciant moi-même les anime, les jeux vidéo. Pour une entrée en matière j'ai passé un bon moment, j'en ressors contente et curieuse de lire la suite !

Il n'y a pas véritablement de fil rouge pour l'histoire, les chapitres sont de simples successions de gags courts centrés sur un événement chez les deux couples d'otaku principaux. Leur complicité, leur soirée jeux vidéo, leur journée en convention, leur boulot, leur réflexion sur leur relation : c'est peut être simple et ça ne casse pas trois pattes à un canard mais j'ai bien aimé les découvrir au fil des pages. Les histoires bonus entre chaque chapitre permettent au mangaka de bien se défouler sur certaines choses, j'ai même un peu plus préféré les lire que les chapitres principaux !

Le style d'humour est décalé et assez tournée sur les geek/otaku : ainsi tout le monde ne pourra pas comprendre la totalité des blagues, et encore moins apprécier les clichés et les situations exagérées au possible. Etant bon public sur l'humour il m'en faut peu pour rire, et certaines scènes étaient assez drôles - je pense notamment aux histoires de manettes Wii et la journée en convention -. Comprendra qui pourra.

J'ai plutôt une préférence pour le couple Hirotaka/Narumi, ils sont mignons, drôles, sympathiques, touchants même. Impossible pour moi de résister à la tête de blasé d'Hirotaka et de la pêche d'enfer de Narumi ! J'ai par contre un peu plus de réserve pour le second couple, Taro/Hanako. Ils sont bien trop sanguins, avec un fort tempérament, et pas souvent agréable entre eux à mon goût. A voir leur évolution par la suite !

Les dessins sont plutôt agréables et le trait fin, c'est typiquement ce que j'aime comme style dans un manga, surtout pour un seinen. Les personnages sont hyper expressifs, très identifiables, attachants. J'adore également la mise en page singulière du manga, avec des commentaires sur les gags en bas de page - formant parfois une blague supplémentaire -.


En conclusion c'est un bon premier tome qui rentre dans le vif du sujet avec une présentation des personnages principaux, le type d'humour utilisé et la narration centrée sur les gags du quotidien. Je suis curieuse de lire la suite et de les revoir, bien que je regrette que ça se lise aussi vite - il y a très peu de page, j'étais surprise de la petite épaisseur au début -.

12 nov. 2019

[CHRONIQUE] L'Atelier des sorciers, tome 5


L'Atelier des sorciers, tome 5 - Kamome SHIRAHAMA
Editions Pika (Seinen) - 192 pages - 7€50
2019


ATTENTION AUX (POSSIBLES) SPOILS

" En plein second examen de sorcellerie, Agathe, Trice et le timide Yinny se font attaquer par un sorcier renégat de la Confrérie du Capuchon. Celui-ci utilise un sort interdit pour transformer Yinny en bête sauvage…
Coco, Tetia et Kieffrey sont eux aussi dans une bien triste posture : ils sont encerclés par les anciens habitants de Romonon, qui semblent vouer une haine farouche aux sorciers. Comble de malheur, Kieffrey est gravement blessé… Comment vont-ils s'en sortir ? "


Cette lecture me permet non seulement de valider une catégorie du Pumpkin Autumn Challenge (Prenez garde aux souliers pointus...), mais c'est également une lecture commune avec L'antre littéraire de Marine. Sans surprise j'ai passé un excellent moment de lecture, ce manga ne cesse de gagner sa place dans mon cœur pour les dialogues, les dessins, les personnages, l'intrigue, etc. Je pense même qu'il devient mon tome préféré à ce jour.

L'histoire avance d'un grand bon : on connaît la suite et fin de la deuxième épreuve qui est extrêmement mouvementée. Aucun repos dans la narration, beaucoup d'action, ce tome rentre dans le vif du sujet et ne perd pas de temps pour livrer ses informations vitales pour la suite. Ce rythme m'a beaucoup plu !

La Confrérie du Capuchon dévoile enfin ses plans au sujet de Coco, je suis à moitié étonnée mais je suis ravie de comprendre leur motivation et de mettre le doigt sur le danger qui guette la jeune fille, désormais épiée sur le moindre geste magique, le moindre faux pas. Kieffrey perd d'ailleurs son sang-froid à propos d'une affaire personnelle et l'on comprend enfin pourquoi la Confrérie l'intéresse, je confirme mon coup de cœur pour ce personnage qui a donc une faille.

Yinnis doit toujours se battre contre une malédiction terrible infligée dans le tome précédent : je suis touchée par ce jeune garçon dont le maître n'a pas été tendre, la fin du tome m'a redonné de l'espoir pour lui, et le duo qu'il va former avec une tête connue m'a un peu surprise mais je suis curieuse de voir le résultat ! 

Trice, de son côté, continue d'évoluer et de se chercher au travers de sa magie. Elle aura beaucoup appris en l'espace de deux tomes, tout comme Tetia et son envie de sauver les habitants maudits de Romonon. Ces deux apprenties sont pleines de bonnes intentions, astucieuses, touchantes, courageuses : je les apprécie de plus en plus ! La mangaka continue de développer des messages importants, de chouettes valeurs, et ça fait du bien de lire certains passages. Agathe est un peu plus en retrait dans ce tome, mais je sais que c'est pour laisser les devants de la scène aux autres filles.

Aussi, la Milice magique m'intrigue au plus haut point avec toutes ces nouvelles têtes introduites et un Ysheath plutôt préoccupé... La fin laisse présager que toute la bande à Kieffrey va se rendre à l'Académie, alors je suis impatiente de découvrir cette rencontre mouvementée et (peut-être) annonciatrice de mauvaises nouvelles.

Les dessins sont toujours aussi superbes, détaillées, raffinées. Je suis vraiment fan de la palette d'émotions et d'expressions des personnages.

J'ai par ailleurs acheté l'édition limitée avec le jeu de cartes inspiré de l'univers du manga : les cartes sont belles, tout comme la boîte de rangement. Je n'ai pas eu l'occasion d'y jouer avec les règles écrites par Kamome Shirahama, mais ça semble fun et rapide pour passer le temps, en plus de retrouver des têtes familières, ou même des situations particulières. C'est génial que les éditions Pika gâtent les fans avec les mêmes goodies que les japonais !


En conclusion j'ai plus qu'adoré ma lecture, c'est un gros coup de cœur qui se confirme pour ce manga ! Ce tome est extrêmement important pour l'histoire et les personnages, avec des révélations, des réponses à quelques questions restées sans réponse depuis le premier tome, et un danger plus pesant pour Coco. Mais j'ai senti aussi beaucoup d'espoir et une bande d'apprenties sorcières plus forte, plus déterminée, plus soudée, ce qui sera capital pour la suite. J'ai hâte d'avoir le prochain tome entre les mains ❤